25 janvier 2015

Bijoux : les cadeaux de Fabiola à ses nièces Mathilde et Margaretha

Outre le diadème dit des Neuf Provinces qu'elle a automatiquement cédé à la reine Paola en 1993, la reine Fabiola a offert quelques pièces de son écrin. Ainsi, à partir de 2011, on vit la Duchesse de Brabant porter à l'occasion une broche à pampilles qu'elle arbora également comme ornement de cheveux. De facture ancienne, elle fut achetée en 1983 par le roi Baudouin chez Christie's à Genève pour 24.000 francs suisses probablement pour le 55ème anniversaire de son épouse célébré en juin de la même année. La reine Fabiola l'a portée l'année suivante lors d'un dîner-concert offert par les souverains belges au palais de Queluz, lors d'une visite d'Etat au Portugal.



A l'occasion de la soirée de gala donnée le soir de l'intronisation du roi Willem-Alexander des Pays-Bas en 2012, Mathilde portait une paire de boucle d'oreille faisant partie de la parure dite tunisienne de la reine Fabiola, complétée par un collier de type mauresque. Cette paire de boucles d'oreille, que la souveraine porta régulièrement, est composée de diamants, de rubis et de pierres de couleur vertes. Ces dernières pourraient être, selon le spécialiste Christophe Vachaudez, des émeraudes mais aussi des tourmalines, des tanzanites ou des agates. Cette parure fut vraisemblablement un cadeau du roi Baudouin à l'issue d'un voyage dans le Maghreb.



La reine Fabiola a également offert à la princesse Margaretha de Luxembourg une paire de boucles d'oreille circulaires semble-t-il composées de brillants, de rubis et d'émeraudes. La Reine des Belges ne les a pas portées fréquemment. Ce fut notamment le cas en 1965 à l'occasion d'une visite d'Etat au Mexique. On a pu voir la princesse Margaretha porter ces boucles d'oreille en février 2014 pour la messe en mémoire des membres défunts de la dynastie. Baudouin et Fabiola ont entretenu des relations privilégiées avec leurs nièces Marie-Astrid et Margaretha qui logèrent au château de Laeken lorsqu'elle suivaient des études en Belgique.




Mais le destin rapprocha sans doute encore plus la reine Fabiola et Margaretha. En effet, en 1982, cette-dernière fit une fausse-couche alors qu'elle se trouvait à la Ville Astrida de Motril. La reine Fabiola, ayant dû elle-même affronter cinq fois cette épreuve, veilla alors sur sa nièce, hospitalisée, comme s'il s'agissait de sa fille. Deux ans plus tard, elle eut la douleur de donner naissance à un garçon, Léopold-Emmanuel, qui décéda le même jour. Baudouin et Fabiola surent de nouveau entourer le couple et ont permis que l'enfant soit inhumé au sein de la crypte royale de l'église Notre-Dame de Laeken. Par la suite, de 1996 à 2010, Margaretha a vécu en Belgique puisque son époux, le prince Nikolaus de Liechtenstein, y occupa la fonction d'ambassadeur. L'occasion pour le couple et ses enfants de côtoyer très souvent la reine Fabiola au château du Stuyvenberg.



Sources
- VACHAUDEZ Christophe (2004), Bijoux des reines & princesses de Belgique, Bruxelles, Ed. Racine, pp. 150-161
« Queen Fabiola Diamond Waterfall Brooch », Royal Magazin

19 janvier 2015

La reine Fabiola en philatélie

Les timbres-poste sur lesquels figurent pour la première fois l'épouse d'un Roi des Belges datent de 1927 sous le règne du roi Albert Ier. Mais c'est véritablement à partir du milieu des années 1930 que la poste belge a proposé des séries de timbres donnant à la monarchie une facette familiale et moins conventionnelle. Des émissions, souvent au profit de la Croix-Rouge ou de la lutte contre la tuberculose, qui furent le plaisir des collectionneurs. En 1960, il apparaît tout à fait naturel que des timbres-poste illustrant le mariage du roi Baudouin avec doña Fabiola de Mora y Aragon soient émis. Ce n'était d'ailleurs pas une première puisque la princesse Joséphine-Charlotte avait eu droit à cet honneur en 1953. Mais l'annonce impromptue des fiançailles et le manque de temps ont fait naître une série de trois timbres simple et classique qui fut émise deux jours avant l'union, le 13 décembre. Un artiste n'a pas été sollicité mais des photos des époux ont été utilisées. Elles ont été placées dans des médaillons qui s'entrelacent en-dessous de la couronne royale.



La célébration de cet anniversaire de mariage fera l'objet d'un timbre-poste commémoratif en 1985 et en 1990. Pour les noces d'argent du couple royal, la poste belge a fait appel à l'artiste Anne Velghe déjà à l'origine de l'effigie du roi Baudouin qui fut employée dans les années 1980. Le résultat, imprimé en héliogravure, est très fin et soigné, laissant entrevoir les serres royales de Laeken en arrière-plan. Cinq ans plus tard, pour les noces de perle, ce fut une photo, prise par Valeer Vanbeckbergen, qui fut choisie comme base d'une composition réalisée par Michel Olyff qui a signé les timbres courants du roi Baudouin de 1990 à son décès en 1993. Ce timbre propose une double date permettant de lire à la fois 1960 et 1990. 



Avec son époux tant aimé, la reine Fabiola apparaît sur un des timbres d'une série émise en 1980 à l'occasion des 150 ans de la Belgique. Très logiquement, le couple royal est la dernière valeur, dessinée par Thierry Bosquet et gravée par Jean de Vos. Ce timbre propose les effigies du Roi et de la Reine inscrites dans un décor végétal. En 2005, pour les 175 ans de la Belgique, l'ancien couple royal figure bien sur le feuillet émis mais l'unique timbre concerne le roi Albert II et la reine Paola. La reine Fabiola a également figuré sur deux séries sur les Reines de Belges. En 1962, dans une série dite "Antituberculeux", l'effigie de la souveraine a été gravée par Jean De Bast, basée sur son portrait officiel de 1961 où elle arbore le diadème des Neuf Provinces. De 1998 à 2001, dans le cadre de la promotion de la philatélie, les six Roi des Belges puis les six Reines de Belges ont été les sujets de timbres surtaxés dessinés et gravés par Guillaume Broux. En 2000, ce fut notamment le tour de la reine Fabiola où elle apparaît avec le diadème Wolfers. L'année suivante, le timbre figure dans un feuillet récapitulatif aux côtés des autres souveraines, où la valeur, convertie en euros, n'est plus surtaxée.





La reine Fabiola a par ailleurs illustré, seule, des timbres spéciaux ou de séries dites thématiques. En 1968, elle apparaît sur un des deux timbres émis au profit de la Croix-Rouge belge, l'autre représentait la reine Elisabeth. La composition de J. Malvaux a été basée sur une photo de la reine Fabiola portant dans ses bras Nelly Desmetter lors de l'accueil en 1964 des évacués de Stanleyville au Congo. Un timbre commémorant la Fondation Reine Fabiola pour la santé mentale, créée trois ans plus tôt, a été émis en 1970. Il présente, sur fond bleu clair, un dessin stylisé de la souveraine par Idel Ianchelevici. En 2004, pour une série dénommée This is BelgiumLes Belges dans le monde et dont la création fut confiée à Nora Theys et GAL, la reine Fabiola figure sur un des dix timbres, à l'instar des astronautes Dirk Frimout et Frank De Winne, du Prix Nobel de Médecine 1974 Christian de Duve, de l'héroïne de la guerre 14-18 Gabrielle Petit ou encore du président du Comité International Olympique Jacques Rogge. Ce choix s'explique par l'action de la souveraine en faveur des femmes rurales, associant dans son combat de nombreuses autres premières dames. Cet aspect a d'ailleurs été inclus sur le timbre à côté du portrait de la Reine avec la présence de femmes travaillant dans un champ multicolore. 






La poste belge a émis un feuillet de trois timbres en 2008 à l'occasion de son 80ème anniversaire, une mise à l'honneur dont avait bénéficié la reine Elisabeth en 1956. Au centre de ce feuillet figure un portrait de la reine Fabiola par Eddie Van Hoef. Les deux autres timbres ont été réalisées sur base de photographies privées de l'ancien couple royal que la souveraine appréciait particulièrement. D'ailleurs celle, en noir et blanc, où le roi Baudouin et la reine Fabiola sont de profil avait été choisie par la reine Fabiola pour être mise en évidence lors de ses funérailles. 



Suite à son décès, la poste a annoncé qu'un feuillet de cinq timbres pour des envois non-normalisés à l'intérieur de la Belgique sera disponible dès le 26 janvier 2015. Le décès de l'épouse d'un Roi est l'objet de l'émission de timbres-poste depuis le décès de la reine Astrid en 1935. Pour cet hommage, comme on peut aisément le constater, ce sont des timbres qui avaient déjà été adoptés par le passé qui ont été repris, parfois légèrement retravaillés. Désirant revenir sur sa vie en tant que cinquième Reine des Belges, ces timbres rendent également hommage au parcours philatélique de la reine Fabiola. 



Plusieurs postes étrangères ont eu l'occasion d'émettre des timbres où figurent le roi Baudouin mais aussi parfois le couple royal. C'est ainsi le cas dans deux anciennes colonies : le Rwanda en 1972 à l'occasion de l'exposition philatélique "Belgica '72" et le Burundi à l'occasion de la visite de Baudouin et Fabiola en 1970. On peut également citer le Brésil lors de la visite du couple royal en 1965 ou encore le Mali en 1977 pour une série de timbres-poste intitulée "Personnalités de la décolonisation". 


9 janvier 2015

Naissance de l'archiduchesse Katarina


L'archiduc Christoph et l'archiduchesse Adélaïde, qui s'étaient mariés en décembre 2012 à Nancy, sont les parents d'une petite fille depuis le 22 décembre 2014 : l'archiduchesse Katarina, Marie-Christine, Fabiola d'Autriche. On savait que la naissance était programmée aux alentours de Noël. Ce n'est que ce 9 janvier en après-midi que le Service Presse et Communication de la Cour grand-ducale a transmis le communiqué faisant état de la naissance survenue à Genève. C'est là que le baptême a déjà eu lieu, le 27 décembre dernier, dans l'intimité familiale. La comtesse Rodolphe de Limburg Stirum, née archiduchesse Marie-Christine et sœur de l'archiduc Christoph, a été choisie comme marraine. Le parrain est quant à lui M. Galdric Drapé-Frisch, frère de l'archiduchesse Adélaïde. L'enfant porte en troisième prénom celui de Fabiola, reine de Belgique, qui est décédée environ trois semaines avant l'heureux événement. Bien que n'ayant pas eu la possibilité en raison de sa santé d'assister à l'union du couple, l'ancienne souveraine était présente lors des fiançailles célébrées en décembre 2011 à Bruxelles.     

© Cour grand-ducale/Archives privées/tous droits réservés

© Cour grand-ducale/Archives privées/tous droits réservés


Liens :