27 janvier 2013

Les fêtes de Persépolis

Ces fêtes de Persépolis ont eu lieu en 1971 afin de célébrer les 2.500 ans de l'empire perse. Le point d'orgue de ces célébrations se situe entre le 12 et le 16 octobre sur les sites archéologiques de Persépolis et de Pasargades. Ce fut le rendez-vous des fastes et du grandiose sous la présidence du shah d'Iran et la shahbanou Farah. Elles seront critiquées dans le monde occidental, ainsi que les opposants au régime tel Khomeini, notamment pour leur coût. Plusieurs analystes présentent cet événement comme le "chant du cygne" avant qu'en 1979 la révolution ne contraigne à l'exil la famille impériale. Cela n'empêcha pas les grands du monde de l'époque de faire le déplacement, très certainement une concentration que nous ne sommes plus prêt de revoir d'ici tôt. Naturellement, le roi Baudouin et la reine Fabiola, ainsi que le grand-duc Jean et la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, discrètement accompagnés par leur fille Marie-Astrid, faisaient partie des invités.
 

Mais avaient également répondu à l'invitation : l'empereur Hailé Sélassié Ier d'Ethiopie, le roi Frederik IX et la reine Ingrid de Danemark, le roi Olav V de Norvège, le roi Constantin II et la reine Anne-Marie des Hellènes, le roi Hussein et la reine Muna de Jordanie, le roi Moshoeshoe II du Lesotho, le prince Franz Josef II et la princesse Gina de Liechtenstein, le roi Mahendra et la reine Ratna du Népal, le prince Rainier III et la princesse Grace de Monaco, le roi de Malaisie, l'émir d'Abu Dhabi et président des Emirats Arabes Unis, le sheikh Sabah III Al-Salim du Koweït, le sultan Qabus d'Oman, l'émir du Bahreïn, l'émir du Qatar, le duc d'Edimbourg et la princesse Anne, le prince consort Bernhard des Pays-Bas, le prince héritier Carl Gustav de Suède, le prince Mikasa et la princesse Yuriko du Japon, la princesse Basma de Jordanie, le prince Moulay Abdellah et la princesse Lamia du Maroc, le prince Bhanubandhu Yugala de Thaïlande, le prince Abdul Wali Khan et la princesse Bilqis Begum d'Afghanistan, le prince et premier ministre Makhosini du Swaziland, le prince Michel et la princesse Marina de Grèce, le prince Juan-Carlos et la princesse Sophie de Bourbon, le prince Victor-Emmanuel et la princesse Marina de Savoie (ils faisaient leur première apparition officielle après leur mariage à Téhéran), la princesse Salimah Aga Khan, le vice-président américain, le dirigant soviétique Podgorny, le vice-président de l'assemblée chinoise, le chancelier allemand, les présidents de la république d'Afrique du Sud, d'Autriche, du Bénin, de Bulgarie, de Finlande, de Hongrie, d'Inde, du Liban, de Mauritanie, du Pakistan, de Roumanie, du Sénégal, de Tchécoslovaquie, de Turquie, de Yougoslavie, du Zaïre, les premiers ministres de France, de Corée du Sud, du Brésil, d'Italie, du Yemen, d'Algérie, le vice-président de Pologne, l'ex-président de Suisse, etc.

Le campement de Persépolis

Ces invités sont arrivés à Persépolis le 13 octobre, bien souvent après une escale à Téhéran, où ils ont été accueilli personnellement, un par un, par le couple impérial pendant que l'hymne national du pays retentissait. Pour l'anecdote, Rainier III et Grace de Monaco ont dû prendre l'avion avec le couple royal belge suite à un souci avec leur avion à Nice. Pour loger l'ensemble des invités, un campement s'étalant sur 64 hectares a été construit, juste à côté des ruines du palais de Darius Ier. Sous la forme d'une étoile à cinq branches, représentant les cinq continents, les 50 tentes se situent de part et d'autre de chaque allée et une fontaine ponctue le centre. Un peu à l'écart, une tente d'honneur suivie d'une salle de banquet ont été installées. Cette concentration extraordinaire de personnalités a nécessité une sécurité renforcée dans un rayon de 60 kilomètres autour du site et plus de mille personnes ont été arrêtées par les services de renseignement iraniens, considérées comme pouvant perturber les cérémonies. Sur le campement, l'ambiance est détendue. Le roi Frederik IX de Danemark fume la pipe, le prince héritier Reza contribue à la vie de cet oasis en plein milieu du désert en convoyant certains invités, alors que le roi Baudouin s'amuse à filmer son épouse, la reine Fabiola. Certains invités en profitent également pour se rendre visite en toute intimité.

L'ambiance sur le campement : le roi Baudouin filme la reine Fabiola


Le soir du 14 octobre, 600 invités ont été conviés à un dîner de gala dans la salle de banquet. Auparavant, ils sont accueillis par le couple impérial dans la tente d'honneur. Cet événement coïncide avec le 33eme anniversaire de l'impératrice Farah. Pendant cinq heures et demi, ils ont découvert un menu gargantuesque accompagné des plus prestigieux breuvages. Ce dîner est d'ailleurs inscrit dans le Guinness Book des records comme le plus long et somptueux banquet de l'histoire moderne. La soirée s'est clôturée par un spectacle son et lumière en plein milieu du désert.

Lors de l'accueil lors du dîner de gala : Baudouin et Fabiola avec le couple royal jordanien



Les altesses prennent place : la reine Fabiola au bras du roi Hussein de Jordanie ainsi que le grand-duc Jean et la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, suivi par leur fille Marie-Astrid. Fabiola porte le diadème "Wolfers" et porte une broche qui est un élément du diadème reçu par l'Espagne lors de son mariage tandis que Joséphine-Charlotte arbore le diadème de la Société Générale.
 

Le Shah fait un discours. Il est entouré (de gauche à droite) par la reine Muna de Jordanie (seconde épouse du souverain), le roi Baudouin, la reine Ingrid de Danemark, la reine Fabiola, le roi Hussein de Jordanie, la reine de Malaisie et le roi Moeshoeshoe II du Lesotho

Sur cette photo on reconnaît la grande-duchesse Joséphine-Charlotte (au centre), à une place de la princesse Grace de Monaco, aisni que la princesse Anne d'Angleterre (sur la table perpendiculaire, à gauche)

La reine Fabiola, tout sourire, avec l'actuelle reine Sofia d'Espagne


Baudouin et Fabiola en compagnie de la Shahbanou et l'empereur d'Ethiopie qui se rendent au spectacle son et lumière


Le lendemain, les prestigieux invités ont été acheminés par bus jusqu'aux tribunes où ils ont pris place afin d'admirer une parade retraçant l'histoire des armées, en s'inspirant notamment pour les costumes des fresques présentes dans les ruines de Persépolis. Les souverains et les chefs d'Etat étaient assis au premier rang. Durant près de trois heures, ils ont vu passer, sous un soleil de plomb, un nombre important de militaires portant des costumes d'époque, ainsi que trois navires de guerre du Ve siècle avant notre ère ou encore une tour d'assaut à trois étages. Cette cérémonie a été diffusée en direct, à l'instar du dîner de gala, dans une trentaine de pays.

Le roi Baudouin et la reine Fabiola dans les tribunes

La grande-duchesse Joséphine-Charlotte


Le soir, les invités étaient conviés à une fête traditionnelle perse. Un moment nettement moins formel que la veille, durant lequel l'empereur et l'impératrice voyageaient de table en table. Cette soirée clôturait les fastes iraniens puisque le lendemain tout le monde prenait l'avion pour Téhéran. Seul un petit nombre d'individus, comme l'empereur d'Ethiopie et le roi de Grèce, ont participé le 16 octobre à un hommage au père du Shah.

La reine Fabiola discute tantôt avec son époux, tantôt avec son compatriote le prince Juan Carlos que le général Franco a désigné pour représenté l'Espagne

Le roi Baudouin et sa soeur la grande-duchesse Joséphine-Charlotte, aux côtés de la reine Ingrid de Danemark et du roi Olav V de Norvège

Vue sur la table des souverains belges et luxembourgeois, où se trouvaient également les souverains danois, le roi de Norvège et le prince Mikasa du Japon (frère de l'empereur Hirohito) et son épouse Yuriko

 

8 commentaires:

  1. Merci Valentin,pour cet article.(Quelques photos nouvelles pour moi) Je crois que ces fetes etaient grandioses et couterent trop cher et cela a mis en question la monarchie et son role.Pourtant on reve en admirant les splendeurs d'Iran,et les jolis bijoux des reines et princesses.La grande-duchesse etait comme toujours tres elegante et royale.

    RépondreSupprimer
  2. Lire ton magnifique reportage est un plaisir en cette fin de week-end. Les photographies sont un régal avec ces couleurs un peu délavées et pleines de charme.

    La liste des invités est impressionnante. Tous ont voulu " y être " en participant à cet événement qui constitue l'acmé du régime impérial iranien huit ans seulement avant sa chute si brutale.

    En effet, pendant ce temps là depuis Najaf où il était exilé, l'ayatollah Khomeini surveillait attentivement tous ces fastes qui un jour serviraient si bien sa cause.

    La France n'a envoyé que Jacques Chaban-Delmas, le premier ministre de l'époque, alors que presque tous les pays européens étaient représentés par le chef de l'Etat en personne.

    Merci Valentin !

    RépondreSupprimer
  3. Merci Valentin de nous rappeler cet événement que je n'ai pas connu, et de nous montrer ces photos que je n'avais jamais vues. Si l'Histoire a montré que l'Iran ne va sûrement pas mieux depuis la chute du shah, le faste de ces fêtes est quand même un peu choquant. Il y aurait eu moyen de fêter dignement cet anniversaire mais un peu plus simplement (l'impératrice Farah le reconnaît d'ailleurs dans ses mémoires). Je ne suis pas sûr que cette concentration d'altesses royales n'ait pas été égalée depuis lors, notamment lors des funérailles des rois Baudouin et Hussein ou des jubilés d'Elisabeth II et Bhumibol? Par ailleurs, rappelons que quelques années plus tard, l'impératrice Farah et le prince héritier Reza sont venus en visite officielle en Belgique (elles sont racontées en détail dans les mémoires de l'ancien Grand Maréchal de la Cour Herman Liebaers).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas qu'une telle concentration de "grands de ce monde" n'a plus jamais eu lieu en comptant les représentants de familles royales mais aussi des républiques.

      Concernant uniquement les altesses royales, sans doute cet événement peut rivaliser avec quelques autres occasions.

      Supprimer
  4. Quel plaisir de revoir ou découvrir ces photos!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai revu toutes ces photos avec grand plaisir! Hélas cette époque est révolue et tous les participants sont âgés ou...morts.Un grand plaisir et un grand coup de bourdon :)

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour
    Je viens de découvrir votre site par l'intermédiaire du site de Serar. Je voulais vous féliciter pour cet article très intéressant.
    Maintenant je pars à la découverte des autres articles de votre site.
    Therese.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Therese,

      Bienvenue sur "Royalement Blog" ! J'espère que vous prendrais du plaisir à le découvrir et à consulter les nouveaux articles.

      J'espère vous lire dans de prochains commentaires !

      Supprimer